Il y en qui sont mères, et se retrouver belles-mères ca leur parait bien difficile.

050

Moi j'étais belle-mère et je peux vous le dire, mère, c'est pas de la tarte.

J'ai découvert qu'il existait un complot visant à vous cacher à quel point le premier mois c'est dur. A quel point sortir au bout de 3 semaines pour aller chercher le courrier est jouissif. A quel point ne pas dormir la nuit, c'est dur. Que c'est faux qu'une mère entend toujours son enfant qui pleure (je suis tellement fatiguée que je ne l'entend plus la nuit), qu'il est impossible de savoir pourquoi il pleure, que les pleurs de faim et de sommeil sont les mêmes (pour mon oreille), et que je ne suis même pas sûre que lui sache pourquoi il pleure.

Et aussi, le dira t on jamais assez, l'instinct maternel, ca n'existe pas, et l'amour d'une mère pour son enfant, il est pas immédiat-immédiat.

Pourtant je l'ai voulu cet enfant, je l'ai attendu, j'ai pleuré son absence. Puis je l'ai porté, j'ai pour lui arrêté l'alcool, le fromage et puis plus tard le sucre, les pates et les fruits.

Mais je n'ai pas pu m'empecher de me penser mauvaise mère, de douter chaque instant, de le penser plus heureux avec une autre mère que moi.

Alors en phase de doute j'ai envoyé un message à mon mari. Lui disant que j'étais une mauvaise mère. Il était occupé, sa fille était avec lui, elle était plus près du téléphone que lui, elle a donc lui le message avant lui (ah l'affichage des textos sur l'ecran verrouillé....) et en lui tendant le téléphone lui a dit "pourquoi elle écrit ca? elle est trop bien comme belle-mère, alors c'est sûr que c'est une super maman.".

Allez je vous laisse, je suis trop émue, je vais pleurer.