Nous y avons passe un samedi entier.
3 filles, 3 chambres. Il reste encore très beaucoup a faire. Par exemple la grande, qui est en première n'a pas de bureau, mais bon, elle a un miroir au dessus de la cheminée. Il semble que cela soit plus important. A quinze ans, il semble qu'un miroir et une prise électrique soit la base de toute survie au domicile parental. Que celle qui pense pouvoir se passer de ces deux éléments lui jette la première pierre. La moyenne (dieu que je déteste dire "la moyenne"...) dort dans ce qui était le dressing de son père et qui accueille encore a ce jour ses chemises et ses costumes. Cela ne semble pas la déranger tant qu'elle a un lit, un bureau et de l'électricité (le miroir est pour l'instant le cadet de ses soucis). La petite a la plus grande chambre, avec un grande armoire a vêtements, des poupons, des "fruits à découper", une mappemonde, une table basse, un miroir, un stock d'élastiques a cheveux et un bureau de maîtresse. Il va de soi qu'en installant mon affiche d'école vintage trop belle chinée sur des puces rurales, je suis devenue à réincarnation du père Noël mixé avec la plus merveilleuse des Jojo du monde. Rien que ça (eh oui...).
En fait, elles ont l'air super contentes. On dirait bien que ça change leur vie.
Cela a au passage changé la mienne. Parce que du coup, en leur donnant une chambre chacune, elles ont libéré le salon. J'ai pu écouter aznavour en chantant a tue tête. Et ça c'est le bonheur.