007

Si je plagie sans scrupule ce vieux mantra qui vous explique à quel point c'est important de rester séduisante/féminine/drôle/mince/pertinente/sexuellement disponible tout en ayant pris 10 kilos/accouché/faisant des lessives et un repas complet/rangeant le salon et la chambre/lavant la salle de bain, c'est que franchement être une belle mère c'est à la fois hyper pareil et hyper différent.

Hyper pareil parce que ce n'est pas parce que vous n'avez pas accouché que les enfants ne mangent pas quand ils sont chez vous. Même que des fois, ils sortent leurs jouets, les petits impertinents.

Hyper différent parce que quand même la plupart du temps, vous etes surtout une fille qui a le temps de s'acheter des fringues, de sortir entre copines, d'aller à la salle de sport (mais pas de se mettre du vernis a ongle, ca j'y arrive pas).

 

En fait, la question que je me pose est aussi idiote qu'existentielle : j'appartiens à quelle catégorie?

Oui parce que quand je sors avec mes copines déjà maman d'au moins deux enfants, en gros, il y a plein de sujets où je les écoute avec la politesse du "moi je ne sais pas ce que c'est que d'être mère" (alors que bon, une mère j'en ai eu une et des enfants, j'en vois souvent, donc je sais un petit peu ce que c'est mais bon bref).

Et quand je sors avec mes copines nullipares (les comme moi, quoi), j'ai trop super envie de leur parler des filles et de comment elles sont drôles,intelligentes, sportives, belles et surdouées. Et que elles, ben, ca les saoule. Au mieux elles s'en foutent, au pire, ca les deprime parce qu'elles ont super envie d'avoir des enfants, même des pas géniaux.

Comme mon titre ne l'indique pas, ce n'est pas DU TOUT une caractéristique féminine puisqu'avec mes copines-garçons (oui, mes copains, je les aime autant que mes copines, alors j'ai décidé de les appeler mes copines garçons - je suis les règles d'orthographe), c'est encore pire. Ceux qui ont des enfants pensent que je ne peux RIEN comprendre à la maternité et ceux qui n'en ont pas n'en ont RIEN a péter.

 

L'un dans l'autre, donc, je ne sais pas à quelle catégorie j'appartiens. Celle des "famille à charge" ou celle des "libres comme l'air". Ça a l'air idiot comme question, mais être belle-mère c'est aussi se rendre compte de la fondamentalité des questions superficielles (enfin j'crois).