Hier, c'était mardi.
Vous, cela ne vous évoque rien. Moi si. Le mardi, c'est le jour des filles. Celui où elles sont a la maison. C'est le jour, donc, où je suis a la maison. Le jour ou je fais les courses/les lessives/la cuisine/les devoirs, ou j'essaie de trouver de l'intérêt pour leur journée, notes, amis....
Le mardi, a la fin, je ne suis bonne qu'à ramasser à la petite cuiller.
Rien ne m'a jamais préparée a vivre ça. 3 enfants, des horaires d'école et des rendez vous chez le kine, des chaussettes et des maillots de basket, des doudous perdus et de la brioche au goûter.
Alors, quand j'ose imaginer rajouter par dessus tout cela un bébé qui fait du bruit/se déplace/fait caca... Je me dis que c'est limite suicidaire.
Alors c'est ça, la vie de belle mère? Se demander régulièrement si un désir qui paraîtrait normal chez une autre n'est pas profondément exagéré?

Ou alors c'est surtout, avant d'imaginer le bonheur que représente la maternité, savoir, à l'avance que cela va immanquablement se traduire par du bruit, du bazar, de la fatigue, du linge a étendre (et donc un étendage au milieu du salon), un frigo a remplir.... Oui c'est ça, être belle mère, c'est voir direct l'envers du décor...

Il y a des jours comme ça, ou je ne suis pas sure d'avoir la force d'accomplir mes envies... Et ça, ça fait un peu flipper....

(Mais bon le mardi, c'est aussi, une maison parfumée à la brioche, des câlins d'amour, des confidences de grande, un repas animé, se sentir utile pour faire une rédaction d'allemand, réviser ses tables de multiplication, du nutella au dessert, des projets, des rêves, du réconfort et la panière a linge vide).

Bon sinon, la photo représente les chaussures que barbie met pour jouer au basket. Cela n'a rien a voir, ou plutôt si, tout a voir...